C P A BOUSSAC

Catres Postales de Boussac
  • 1911 j DAILLIENS vole sur les pierres jaumathres
  • Place du Champ de Foire
  • Place du Champ de Foire
  • 1911 j DAILLIENS vole sur les pierres jaumathres
  • Place du Champ de Foire
  • Place Gambèta Avenue du Chateau
  • Boussac la Gendarmerie
  • Le Champ de Foire
  • Avenue de la Gare
  • Le Grand Moulin
  • l'egluse

Sur ce site D'Huriel pourquoi Boussac

Il me semble que Boussac et son passé mediéval commun avec Les Familles De BROSSES serait bien de le précicer


Vue sur le rappord d'un( CONGRÉS ARCHÉOLOGIQUE DE FRANCE 1939 )
DONJON d'Huriel par M. Paul DESCHAMPS
Huriel fut, pendant le haut moyen age, une cité assez importante du Berry. Au milieu du Xll siècle, en 1167 apparaissent ses seigneurs, les Humbaud (1), qui se reconnaissent vassaux dos sires do Bourbon . Ainsi Huriel, au dela du Cher, devient une enclave en Berry du domaine des Seigneurs de Bourbon.

En 1172, Huriel est sous la suzeraineté des comtes de Champagne de qui les sires do Bourbon tiennent ce fief, Au Xlll siècle, la terre d’ Huriel passe dans la maison de Déols par le mariage do la fille du dernier Humbaud avec Ebbes de Déols, puis a Agnes, fille d’Ebbes et Robert de Bomes, son mari (1252-1256).

‘ En 1256, par suite d’un partage, elle est le domaine de la noble famille de Brosse de Boussac qui la garde deux siècles et demi, 1256 a 1512.

En 1387 Louis II de Brosse fils ainé do Louis I61‘ et de Constance do la Tour d’Auvergne a la succession de leur pore La châtellenie d’Huriel échut à Pierre. Trois ans plus tard, le 8 octobre 1390, Louis II,mourait a Genes au retour d'une expédition entreprise par le duc de Bourbon contre les Maures de Tunis. Pierre II fit rapporter son corps et le fit enterrer dans 1’église Saint-Martin d’Huriel, auprès de son père, Louis 1er de son aïeul, Pierre l.

Vers 1405, i1 composa une épitaphe qui est conservée au Musée de Moulins

(1) I-Iui1lard—Bréholles, Trltres de la: maison de Bourbon, 1195 1F,'- 1G, 1H. ' '
(2) E Chénon, Histoiro de Sainto-Sévère en Borry Paris 1888,
1 . - 3/, > p. 83 et suiv.