• 033 04 43 01 59 60
  • robert@hurielnet.fr

Les cartes photographiques imprimées restent excessivement rares avant 1897. C’est à cette époque que l’imprimeur Neurdein va éditer des cartes pour chaque ville importante de France et qu'Albert Bergeret, dès 1898, va produire des cartes illustrant l'Est de la France.

Grüss aus Wasselnheim, de l’imprimeur alsacien Pie Ott à Wasselonne, vers 1890.

Les cartes postales de 1903, verso.

Durant la période qui se situe de l’Exposition internationale de 1889 à celle de 1900, outre les cartes officielles constituées surtout d’entiers illustrés, apparaissent les Gruss. Ces cartes allemandes, conviviales et à plans multiples adressent souhaits, salut. Elles allient perfection et raffinement. La carte postale prend alors un essor considérable surtout avec l'Exposition universelle de Paris en 1900. Elle va connaître un âge d'or jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale. À cette époque, les journaux ne comportent pas de photographies.

Tous ces petits moments de l'histoire locale sont aujourd'hui précieux et très recherchés. Jusqu'au début de l’année 1904, il était interdit d'écrire au recto de la carte postale. Trois ou quatre lignes horizontales sur toute la largeur de la carte permettaient d'inscrire la seule adresse du destinataire. La photographie (au verso) ne recouvrait pas la totalité de l’espace pour permettre la correspondance du côté de l’image.

On parle alors de « carte nuage » ou « carte nuageuse »


Carte postale oblitérer 1903, verso

Carte postale oblitérer 1904, verso

Le tournant de 1904 : division du recto en deux parties

À partir de 1904, décision est prise d'autoriser à écrire sur le recto de la carte postale, qui à cet effet est divisé en deux parties, l'une à gauche réservé à la correspondance, et l'autre, à droite, à l'adresse. Dès lors la photographie peut librement occuper tout le verso. Si à l'origine, la carte postale est un document presque exclusivement postal imprimé par l’administration, à cette époque, des photographes, profitant des nouvelles avancées techniques, vendent leur production à une clientèle aisée sur les principaux lieux touristiques. La carte postale va aider la photographie à se diffuser à travers le monde et dans toutes les couches sociales. Le public pourra tellement s'approprier l'image qu'on en viendra même à faire développer des photos au format carte postale: c'est ce qu'on appelle les cartes-photos. L'âge d'or de la carte postale[modifier] L'âge d'or de la carte postale va de 1900 à 1920 environ. Elles circulent par millions dans le monde entier. Les éditeurs de cartes postales foisonnent, et le moindre buraliste du plus petit village tient à voir son nom imprimé sur les cartes qu'il ne fait en fait que diffuser pour le compte d'un grossiste de la région. Nous avons eu a Huriel 1 photograph Mr Prévots trés actif et un éditeur Mr Dessalles j'ai la chance d'avoir les originaux destiné a la reprodution

La Photographie Et Gaguerréotype

1. Qu’est-ce qu’une photographie sur plaque de verre ? Les photographies sur plaques de verre sont des images négatives ou positives qui ont comme support le verre. Le verre est utilisé comme support de photographie dès 1850. Il est recouvert d’une émulsion sensible à la lumière et découpé en plaques de dimensions variables.

La couche sensible est constituée de sels d’argent mélangée à une substance qui adhère au support en verre. Cette substance, ou liant, est différent selon l’époque : on utilise chronologiquement l’albumine, le collodion puis la gélatine. La majeure partie des plaques conservée a été obtenue par les procédés gélatino-argentiques, utilisés depuis 1878. Cette technique allie sensibilité accrue et simplicité d’utilisation inégalée : les plaques peuvent être conservées pendant de longues périodes avant d’être utilisées. Ceci a permis leur diffusion en grand nombre (production industrielle) et à un large public.

Ainsi, les photographies sur plaques de verre comportent un côté verre (le support) et un côté émulsionné (la couche sensible au gélatino-bromure d’argent).Dans quelles conditions conserver les photographies sur plaques de verre au gélatino-bromure d’argent ? Les conditions climatiques jouent un rôle primordial pour la conservation des photographies sur plaques de verre.

L’humidité
Les boîtes doivent être stockées à l'abri des risques d'inondation et dans une position facilement accessible étant donné leur poids et leur fragilité.

Lexique

  • Négatif : image dont les valeurs sont inversées par rapport à celles du sujet.
  • Positif : image dont les valeurs correspondent à celles du sujet.
  • Albumine : l’albumine est utilisée en photographie dès 1847 comme liant pour maintenir, sur verre, les sels sensibles.
  • Collodion : il est utilisé à partir de 1850 en photographie comme liant pour maintenir, sur verre ou papier, les sels sensibles.
  • Gélatine : à partir de 1871, la gélatine remplace le collodion et devient le liant de base utilisé pour maintenir les sels sensibles.
  • L’humidité relative : rapport entre la température et la quantité d’humidité contenue dans un volume d’air.
  • Plaque de projection : positif sur plaque de verre destiné à la projection.
  • Elle sont souvent doublé d'une plaque de verre de protection, scellée avec des bandes adhésives